Blog

If you talk to a man in a language he understands, that goes to his head. If you talk to him in his own language, that goes to his heart.

WPML, l'outil indispensable pour bien traduire son site wordpress

WPML, l'outil indispensable pour bien traduire son site wordpress

Site multilingue, mode d’emploi

Aujourd’hui il est difficile de ne pas avoir une vitrine internationale pour son activité. Les frontières sont tombées depuis longtemps et il faut savoir parler à tous les pays. Un internet multilingue est donc important pour son développement.

Mais comment en faire un ? Faut-il traduire son site d’origine ou bien écrire spécifiquement un contenu dans chaque langue ?

C’est parce que notre agence de traduction “Pop translation” est souvent sollicitée pour traduire les sites internet de nos clients (beaucoup d’entre eux sont des sites Wordpress), que nous avons développé une vraie compétence sur ce type de traduction.
Nous allons donc répondre aux questions que vous pouvez vous poser en la matière et vous orienter vers le chemin qui mène une visibilité à l’international.

Site multilingue, définition

Oui, c’est quoi au fait un site multilingue ?

Un site internet est considéré comme multilingue lorsque :

Il dispose d’une adresse URL différente par langue

Une adresse différente par langue, ça veut dire que vous avez autant de sites internet que de langues dans lesquelles il est traduit. 
Exemple : vous venez de lancer votre site web monprojet.com.
Et vous décidez de vous attaquer au marché allemand.
Après la traduction de votre site dans la langue de Goethe, vous posséderez « 2 » sites web : monprojet.com/fr et monprojet.com/de

Une même adresse avec les 2 langues écrites dedans n’est pas un site multilingue.

Le contenu est équivalent

Équivalent ne veut pas dire identique, mais la logique veut que l’on retrouve le même concept, la même activité ou le même service en français, en anglais ou en espagnol. 
Après rien ne vous empêche d’adapter votre contenu en fonction du pays visé.

On peut passer d’une langue à l’autre facilement

Lorsque vous êtes sur la partie française de votre site, il faut toujours un onglet (de préférence bien visible) qui puisse vous envoyer sur la partie anglaise, ou espagnole. Et réciproquement.

La traduction est faite convenablement

Pour bien traduire un contenu et en faire un site multilingue, deux options :

  • La traduction automatique pour une machine
  • La traduction par un traducteur parfaitement humain
  • Sans hésiter, la traduction effectuée par un humain est toujours la plus juste. Surtout lorsque la personne qui traduit le contenu est parfaitement bilingue et que la langue finale est pour elle sa langue maternelle. Vous obtiendrez un texte de qualité qui donnera du sérieux à votre site web. Et en plus un meilleur référencement (un humain sait manier le SEO…)

Une traduction n’est pas forcément une adaptation

Comme dit un peu plus haut, vous pouvez parfaitement traduire un site dans une langue sans pour autant que le contenu soit adapté aux habitudes du pays en question. Ceci est un autre sujet plutôt lié au marketing.

Site multilingue, méthode

Maintenant que vous savez ce qu’est un site multilingue, voici les bonnes pratiques qui vont vous permettre de construire le vôtre.

Une adresse URL adaptée

Quelle adresse URL utiliser pour distinguer les pays ?

Techniquement, 4 options s’offrent à vous : 

  • La query string, qui consiste à rajouter à la fin de l’adresse un lang=pays (par exemple lang=fr). Cette option est à éviter, car elle est très mauvaise pour le référencement.
  • Le répertoire, qui consiste à rajouter le diminutif du pays à la fin (monprojet.com/fr/ ou monprojet.com/en/ par exemple). C’est la meilleure alternative pour un projet multilingue sans être implanté dans plusieurs pays. Privilégier le .com, qui parlera à plus de monde.  Cette option est également la meilleure en termes de référencement.
  • Le sous-domaine, le diminutif du pays est au début de l’adresse (fr.monprojet.com ou en.monprojet.com par exemple). Cette option reste une bonne alternative, mais néanmoins moins simple que la précédente.
  • Les domaines distincts, qui consistent à avoir une adresse URL propre pour chaque pays (monprojet.fr, monprojet.co.uk ….). Pour un projet qui est implanté pays par pays, les domaines distincts sont intéressants, car ils permettent à chaque pays de gérer le contenu de son site internet selon son besoin. Par contre, ce n’est plus vraiment un site multilingue, car les sites web peuvent être différents les uns des autres au final.

Ne pas se laisser surprendre par les sélecteurs de langues

En naviguant sur un site multilingue, on doit toujours trouver le sélecteur de langue clairement posé quelque part. Mais attention à ce qu’il soit assez explicite pour l’internaute.

Ce sélecteur pourrait être :

  • Un drapeau : c’est joli, mais pas forcément représentatif de celui qui recherche sa langue. Un brésilien aurait-il envie de cliquer sur un drapeau portugais par exemple ? Alors que la langue est la même. Choisir plutôt les noms des pays.
  • Le nom d’une langue : la logique est de donner le nom d’une langue… dans la langue elle-même. Un anglais cliquera plus volontiers sur « english » que sur « anglais ».
  • Une redirection : souvent, le site est directement redirigé vers la langue de navigation de l’internaute. Un portugais aura ainsi automatiquement la version portugaise du site. Cela semble pratique, mais c’est aussi parfois handicapant. Lorsque notre portugais par exemple aurait bien voulu avoir accès au contenu français de votre site web. 

Site multilingue avec Wordpress

A la base, Wordpress n’est pas fait pour du multilingue. Il manque la possibilité de construire des passerelles automatiques entre chaque version du site. Entre une langue et l’autre.
Un nom de domaine distinct pour chaque pays est donc à préférer, pour permettre à chaque équipe de chaque pays de travailler avec son Wordpress spécifique. On appelle cela une installation « monosite ». A l’inverse d’une installation « multisite » gérée par une maison mère.

Monosite ou multisite ?

Le multisite est une fonctionnalité de Wordpress dans le but de gérer plusieurs à partir d’un même tableau de bord. C’est un réseau de sites qui se partagent la même installation Wordpress.
On peut passer d’un site à l’autre très facilement, effectuer des extensions communes, partager les thèmes et la maintenance est efficace. 
C’est le système idéal pour reproduire votre site dans plusieurs pays.
À première vue, le multisite est une bonne formule pour du multilingue. Mais le problème des passerelles entre les différents sites n’est pas résolu. Il faut y ajouter une extension.

Mais le monosite aussi peut accueillir du multilingue. Il suffit de faire un Wordpress par langue. Puis de créer des extensions et des passerelles entre chaque site. Ça fonctionne également dans ce sens.

La gestion technique d’un monosite

Parlons désormais technique.
Pour gérer des contenus en multilingue, toutes les extensions ne fonctionnent pas de la même façon. Par exemple, certains choisissent des taxinomies alors que d’autres créent leurs propres tables. 

Le plus important est que l’ensemble des contenus soient propres si l’on change de solutions en cours de route. Attention, tel n’est pas le cas avec qTranslate et les extensions qui lui ont succédé comme qTranslate-X. Plutôt que de stocker les informations ailleurs, elles mettent dans un même contenu les différentes langues. C'est-à-dire que si vous désactivez l’extension, vos articles, pages et tous les contenus des différentes langues se retrouveront les uns à la suite des autres. Ce qui n’est évidemment pas propre. Nous ne développerons pas autour de cette solution.

D’autres extensions sont plus adaptées à l’architecture de WordPress. Et vous évitent de refaire tout le contenu le jour où vous désactivez le multilingue ou que vous changez de solution.

Prendre la bonne direction

Au final, Monosite ou multisite ? 

Deux facteurs à prendre en compte :

  • La similitude entre vos différents contenus dans chaque langue
  • Le nombre de pages et d’articles que l’on trouvera sur votre site

Un monosite sera préférable pour un contenu identique dans chaque langue
Un multisite serait mieux quant à lui pour des contenus très différents entre chaque langue.

En fait, dans une logique évidente de référencement, si vous comptez écrire des tonnes d’articles, dans le cadre d’un magazine en ligne par exemple, il faut mieux prendre l’option du multisite.

En clair : 

  • Vitrine en plusieurs langue = monosite
  • Projet éditorial complexe = multisite

En fonction, prévoyez des extensions différentes.

Extensions pour monosite

Pour construire ses extensions pour un monosite, deux outils de référence : WPML
Polylang

Même si l’attrait pour l’un ou l’autre peut être subjectif, certains facteurs sont à prendre en compte.

WPML, la référence en la matière

WPML : le plug-in multilingue pour WordPress

 

  • Contrairement aux autres extensions, WPML est la seule à être payante dès le début. Impossible donc de l’essayer gratuitement, mais vous serez sécurisé par une garantie satisfait ou remboursé dans un délai de 30 jours. Mais le système est plutôt sûr.
  • WPML tient sur un modèle économique qui a fait ses preuves depuis longtemps et les développeurs continuent de l’améliorer et de proposer du support complémentaire.
  • WPML a été la cible de mauvaises critiques au départ (peu compatible avec d’autres thèmes et extensions ou vitesse ralentie de chargement des sites). Mais il y a eu depuis de nombreuses améliorations.  
  • WPML est l’extension la plus utilisée pour faire du multilingue, 400 000 sites l’utiliseraient. Et le système dispose même de 7 add-ons officiels et d’un grand nombre d’extensions non officielles.

Si vous recherchez une solution qui a fait ses preuves, c’est celle-ci.

Attention, la prise en main n’est pas toujours facile, il faudra comprendre le rôle de chaque add-on. Mais ensuite, vous aurez la possibilité de gérer votre site comme vous le souhaitez.

WPML propose trois licences différentes avec un nombre de sites illimité à chaque fois :

  • La licence annuelle pour blogs coûte 29$ (mais vous n’avez qu’un seul add-on) ;
  • La licence annuelle pour sites vitrines coûte 79$ ;
  • La licence à vie pour 195$.

De plus, le passage d’une offre à une autre ne vous coûtera que la différence.

Nous vous conseillons l’add-on « String Translation » et de commencer par la licence « CMS » à 79$. 
Ensuite, pourquoi pas l’offre à vie.

WPML : https://wpml.org/fr/

Polylang, le challenger français (freemium)

Polylang plugin Multilangues pour WordPress

 

Le développement de Polylang date de 2008. Comparé à WPML, la reconnaissance s’est fait attendre pour Polylang. Mais sa gratuité lui a finalement permis de prendre le dessus sur ses concurrents.

L’extension est maintenant passée sur un modèle freemium, la partie gratuite restant importante.
Frédéric Demarle, le développeur français de Polylang peut être fier : plus de 100 000 installations actives à ce jour. 

La gestion des contenus multilingues et l’interface sont plus propres que pour WPML. Et la version gratuite de l’extension est souvent suffisante. 

Par contre, le prix des licences est plus élevé que chez WPML : 

  • Une licence annuelle de 99€ pour 1 site
  • 198 € pour 3 sites
  • 297 € pour 5 sites.

De notre côté, nous trouvons que les fonctionnalités pro (et donc payantes) sont rapidement nécessaires si vous voulez donner un aspect plus technique à votre site. Et l’on arrive alors sur des licences bien plus chères que WPML. Surtout si l’on gère plusieurs sites.

Polylang : https://polylang.pro/

Alors, laquelle pour votre monosite ?

Grâce à sa formule gratuite, Polylang permet de s’essayer, de se régler, de se perfectionner.
Nous vous conseillons de la tester pour vous en rendre compte.

Si vous avez un degré d’exigence technique plus pointu, nous conseillons WPML, tout en lui ajoutant ses add-ons officiels si besoin.

L’extension pour multisite

Créer un site WordPress mutilingue avec MultilingualPress

 

Avec l’incontournable MultilingualPress (gratuite) 

Pour un projet multilingue ambitieux, nous avons vu que l’installation d’un multisite était préférable.
Et pour les extensions et les passerelles, nous vous conseillons MultilingualPress.

MultilingalPress est une extension gratuite, mais avec un support limité. 
Vous avez accès à toutes les fonctionnalités sans payer, mais le support qui est payant. Mais comme il est basé sur les fonctionnalités natives de WordPress le risque d’en avoir besoin est faible.

Son principal atout est de vous permettre de traduire vos contenus sans même avoir à changer de site. Vous pouvez également dupliquer des sous-sites entiers le jour où vous rajouter une nouvelle langue. Seul bémol, c’est toujours du multisite. C'est-à-dire avec une lourdeur d’administration d’utilisation (comme envoyer du contenu à chacun des sous-sites) à laquelle vous ne pourrez pas échapper. 

Astuce : l’ajout de Network Shared Media, qui forme la collaboration parfaite avec MultilingualPress dans le but de vous rendre les choses plus faciles.

MultilingualPress : https://multilingualpress.org/

Et si vous essayiez quelque chose de complètement différent ?

Weglot | Plugin Multilingue pour WordPress, Shopify

 

Avec le surprenant et très efficace WeGlot (freemium)

Voici une réinterprétation totale du multilingue.
Deux français, Augustin Prot et Rémy Berda ont lancé WeGlot. Leur technologie s’appuie sur un script qui vient traduire les pages de votre site, sans qu’elles n’apparaissent pour autant dans l’interface de votre site. Un concept qui n’a même pas été imaginé pour WordPress à l’origine.
Résultat, l’approche « monosite/multisite » devient caduque. Il s’agit plutôt de multilingue « miroir ». 

C'est-à-dire qu’avec WeGlot vous aurez une traduction à la lettre de votre site. Langue par langue.
Idéal pour un site vitrine. Inintéressant pour un contenu éditorial spécifique pour chaque pays.

L’utilisation est simple : vous gérez votre langue principale depuis WordPress. Et Weglot gère le reste dans leur interface, en traduisant automatiquement. Leur atout principal : une traduction automatique de grande qualité. Une validation humaine se fera néanmoins. 

De plus, aucun problème d’incompatibilités avec vos thèmes ou extensions : il n’y en aura pas. 
Leur solution vient récupérer toutes les phrases qui apparaissent sur votre page et les traduisent à la volée. Tout simplement. Ce n’est pas une solution qui pourrait convenir à tout le monde, mais si votre besoin est juste de traduire votre site mot à mot, ce sera la meilleure.
À condition de rentrer dans leur format…

Niveau budget, ce sera sous forme d’abonnement. Avec possibilité de tester le système gratuitement pendant 10 jours.

  • 79€ / an vous permettra de traduire votre site dans une langue dans la limite de 20 000 mots
  • 150 € / an lèvera toute limite de langues ou de mots, tant qu’il n’est question que d’un site
  • 290 € / an, vous pourrez utiliser leur service en illimité sur 3 sites différents

WeGlot : https://weglot.com/fr/

Quelle est la meilleure solution pour le e-commerce ?

Chaque solution que l’on vient de voir fonctionne avec WooCommerce.
Mais avec néanmoins certaines différences :

  • WPML a un add-on pour WooCommerce (disponible dès la licence « CMS ») permettant de disposer d’un fonctionnement multidevise. 
  • Polylang quant à lui n’a pas encore d’add-on complet pour WooCommerce. C’est en cours de développement. 
  • MultilingualPress n’aura aucun souci pour gérer WooCommerce sur chacun des sous-sites. Mais avec une réelle difficulté de gestion. Car vous disposez du coup de plusieurs « boutiques » différentes, mais avec un stock en commun. 
  • WeGlot est le plus simple d’utilisation au final, puisque votre « boutique unique » est traduite au fur et à mesure de son évolution. Tout en s’adaptant sans problème à WooCommerce.

Conclusion : vous avez les outils, à vous de les adapter à votre projet

Votre projet est spécifique, unique, c’est le vôtre.

Et vous seul donc aurez la vision du meilleur chemin à prendre pour créer votre site multilingue. 
Vous pouvez être accompagné dans la traduction. Ou dans les conseils autour des systèmes multilingues, des extensions… mais au final, la meilleure solution vous paraitra évidente par rapport à l’identité de votre projet.

Dernier conseil important

Testez et vérifiez votre site dans les moindres détails. Chaque phrase, chaque widget, chaque scénario de navigation. Changez également la langue de votre navigateur pour tester les redirections automatiques. Vous limiterez les risques d’erreurs.
Et sauvegardez votre site avant de vous lancer. C’est une précaution indispensable au cas où…

Add new comment

Contact us Call us Twitter Linkedin Facebook