#Traduction

La traduction en langue des signes

By 11 juin 2019juillet 23rd, 2021No Comments
La traduction en langue des signes

La langue des signes a, au départ, été conçue et enseignée en tant que reproduction d’un langage, en le gestualisant pour l’interpréter. Elle est aujourd’hui reconnue comme autre langue vivante à part entière. Elle emploie des structures langagières qui font appel à la vue et aux gestes plutôt qu’à l’audition et la parole. Pour cette raison, elle nécessite un apprentissage particulier, et donc, une traduction particulière.

Traduire en langue des signes

La langue des signes française (LSF) est aujourd’hui reconnue comme un langage à part entière. Elle emploie des structures langagières qui font appel à la vue et aux gestes plutôt qu’à l’audition et la parole. Pour cette raison, elle nécessite un apprentissage particulier, et donc, une traduction particulière.
Elle représente bien plus que la transcription ou encore le sous-titrage qui est un simple outil de compréhension. En effet, la traduction en LSF requiert la participation d’interprètes et de traducteurs formés. Ils doivent être capables de faire clairement passer les messages à une population dont cet idiome est bien souvent la langue maternelle.

Le travail d’un traducteur en langue des signes

Le travail du traducteur diffère de celui de l’interprète. Ce dernier travaille souvent en temps réel et en simultané avec un discours tenu. Tandis que de son côté, le traducteur travaille plutôt à partir d’une langue écrite. Dans ce cas précis, il part du français écrit, et effectue une traduction vers la langue des signes en format vidéo. La traduction nécessite de faire passer l’information en franchissant les barrières de la langue et les obstacles que constituent l’évolution des langages. A l’instar de toutes les traductions, on préconise que le traducteur traduise vers sa langue maternelle. Puisqu’il s’adresse en effet à un public cible parfaitement au fait de la langue, il se doit d’en connaitre, lui-même, toutes les subtilités et nuances.
Les traducteurs en langue des signes sont aujourd’hui présents dans les milieux scolaires, associatifs et institutionnels. Ils bénéficient ainsi d’un cursus universitaire spécialisé en langue des signes. Un cursus qui leur permet d’acquérir une formation complète.

Pour en savoir plus :

Pour approfondir vos connaissances :
www.sematos.eu, le portail européen des langues des signes
www.elix-lsf.fr, le dictionnaire vivant en langues des signes
www.afils.fr, l’association française des interprètes et traducteurs en langue des signes

La traduction en langue des signes

La langue des signes a, au départ, été conçue et enseignée en tant que reproduction d’un langage, en le gestualisant pour l’interpréter. Elle est aujourd’hui reconnue comme autre langue vivante à part entière. Elle emploie des structures langagières qui font appel à la vue et aux gestes plutôt qu’à l’audition et la parole. Pour cette raison, elle nécessite un apprentissage particulier, et donc, une traduction particulière.

Traduire en langue des signes

La langue des signes française (LSF) est aujourd’hui reconnue comme un langage à part entière. Elle emploie des structures langagières qui font appel à la vue et aux gestes plutôt qu’à l’audition et la parole. Pour cette raison, elle nécessite un apprentissage particulier, et donc, une traduction particulière.
Elle représente bien plus que la transcription ou encore le sous-titrage qui est un simple outil de compréhension. En effet, la traduction en LSF requiert la participation d’interprètes et de traducteurs formés. Ils doivent être capables de faire clairement passer les messages à une population dont cet idiome est bien souvent la langue maternelle.

Le travail d’un traducteur en langue des signes

Le travail du traducteur diffère de celui de l’interprète. Ce dernier travaille souvent en temps réel et en simultané avec un discours tenu. Tandis que de son côté, le traducteur travaille plutôt à partir d’une langue écrite. Dans ce cas précis, il part du français écrit, et effectue une traduction vers la langue des signes en format vidéo. La traduction nécessite de faire passer l’information en franchissant les barrières de la langue et les obstacles que constituent l’évolution des langages. A l’instar de toutes les traductions, on préconise que le traducteur traduise vers sa langue maternelle. Puisqu’il s’adresse en effet à un public cible parfaitement au fait de la langue, il se doit d’en connaitre, lui-même, toutes les subtilités et nuances.
Les traducteurs en langue des signes sont aujourd’hui présents dans les milieux scolaires, associatifs et institutionnels. Ils bénéficient ainsi d’un cursus universitaire spécialisé en langue des signes. Un cursus qui leur permet d’acquérir une formation complète.

Pour en savoir plus :

Pour approfondir vos connaissances :
www.sematos.eu, le portail européen des langues des signes
www.elix-lsf.fr, le dictionnaire vivant en langues des signes
www.afils.fr, l’association française des interprètes et traducteurs en langue des signes

Leave a Reply